THI - Questionnaire « Tinnitus Handicap Inventory »

Enregistrer au format PDF

Comment mesurer la gêne induite par l’acouphène ?

L’acouphène est un symptôme au caractère labile, souvent subjectif. Dans la majorité des cas, il est difficile de l’objectiver. L’autoévaluation du patient à l’aide de questionnaires et d’échelles d’évaluation est le seul moyen de mesurer la gêne induite par le symptôme. Parmi les outils les plus largement utilisés, on trouve "l’inventaire des handicaps liés aux acouphènes" (THI). Ce questionnaire THI permet au praticien d’évaluer le retentissement de l’acouphène et ainsi de mesurer les composantes psycho-affectives et fonctionnelles du handicap lié aux acouphènes.

Qu’est ce que le questionnaire THI ?

Le questionnaire THI est un autoquestionnaire validé qui a l’avantage de mesurer le handicap lié aux acouphènes dans le quotidien du patient :

  • C’est un autoquestionnaire validé mesurant le handicap induit par les acouphènes, développé par Newman et al. (1) en 1996 puis traduit en français et validé par Ghuilyan-Bedikianet al. (2) en 2010
  • Il permet d’évaluer l’impact des acouphènes sur la vie sociale du patient.
  • Il comporte vingt-cinq questions élaborées pour explorer trois catégories de handicap : fonctionnel, émotionnel et catastrophique.
  • Chaque question a trois options de réponse : oui, non ou parfois.
  • On obtient un score entre 0 et 100.
  • Le score permet de distinguer 5 degrés de handicap : léger, modéré, moyen, lourd, invalidant

Ce questionnaire THI est le plus répandu dans la quantification et la mesure de la gêne des acouphènes. Il peut être utilisé en clinique et en cabinet de sophrologie, pour quantifier l’impact des acouphènes sur la qualité de vie des patients francophones et pour suivre leurs progrès avec des thérapies spécifiques.

Ce questionnaire de mesure du THI, comporte 25 questions pour lesquelles le patient a le choix entre trois réponses : oui, non ou parfois. Ce questionnaire est habituellement rempli avec la consigne de se référer à la semaine qui vient de s’écouler et de répondre aux questions, immédiatement, sans longue réflexion.(3)
Quatre points sont attribués à la réponse « oui », deux à la réponse « parfois » et aucun point n’est attribué à la réponse « non ». La somme obtenue permet de distinguer différents degrés de handicap : léger, modéré, moyen, lourd ou invalidant.
Le déroulement du questionnaire THI et le calcul du score durent entre 10 et 15 minutes.

Correspondance entre les scores au questionnaire THI et niveau de handicap
Correspondance entre le score du questionnaire THI et la nature du handicap

Les sous-échelles du questionnaire THI

Chacune des 25 questions est rattachée à une des 3 sous-échelles du questionnaire : F pour fonctionnelle, E pour émotionnelle et C pour catastrophique.

  • la sous-échelle fonctionnelle comporte onze questions. Elles concernent le stress, la perte de concentration, le sommeil, l’interférence avec le travail, la vie de famille, les activités sociales.
  • la sous-échelle émotionnelle comporte neuf questions. Elles sont liées à l’angoisse, la frustration, l’irritabilité, l’anxiété, la dépression et l’insécurité, soit les réponses émotionnelles envers l’acouphène.
  • la sous-échelle catastrophique comporte cinq questions. Elles sont liées au désespoir, l’impossibilité d’échapper à l’acouphène, la croyance de souffrir d’une grave maladie et une absence de contrôle. (3)

Il y a onze questions dans le questionnaire THI pour la sous-échelle fonctionnelle, sa valeur maximale est donc 44. Neuf questions sont liés à la sous-échelle émotionnelle, sa valeur maximale est donc 36 et cinq questions sont liés à la sous-échelle catastrophique, sa valeur maximale est donc 20.
 

Source

1.  Newman CW, Jacobson GP, Spitzer JB. Development of the Tinnitus Handicap Inventory. Arch Otolaryngol Head Neck Surg. 1996 Feb ;122(2):143–8.
2.  Ghulyan-Bédikian V, Paolino M, Giorgetti-D’Esclercs F, Paolino F. [Psychometric properties of a French adaptation of the Tinnitus Handicap Inventory]. Encephale. 2010 Oct ;36(5):390–6.
3. In : M. Ohresser, (Ed), Les acouphènes : diagnostic, prise en charge et thérapeutique, Chap. 9, 87–106, 2017, Elsevier Masson.