Les acouphènes par Alain Londero

Alain LONDERO, médecin ORL à l’hôpital européen Georges-Pompidou.

"Je vais vous dire deux mots concernant les acouphènes qui sont en fait la perception par le patient d’un son quel qu’il soit que ce soit, un sifflement, un bourdonnement où d’autres sons comme les pulsations cardiaques ou des claquements. On distingue deux grandes sortes d’acouphènes, les acouphènes que les médecins peuvent entendre, ceux sont les acouphènes objectifs et les acouphènes que seul le patient peut entendre, on les appelle les acouphènes subjectifs. C’est ces derniers qui sont les plus fréquents et c’est ce qu’on rencontre essentiellement dans deux populations : les personnes âgées qui ont une perte auditive donc liée à l’âge et cette altération de l’audition entraîne bien volontiers des acouphènes et l’autre population la plus fréquemment touchée ce sont les jeunes qui s’exposent de façon intempestive à des sons d’ambiance que ce soit dans des concerts, dans des soirées ou à travers tous les diffuseurs de musique."

"L’acouphènes subjectif peut être particulièrement invalidant, il peut entraîner de grands troubles de la concentration, des problèmes de sommeil, des sensations de malaise auditive, de gêne persistante qui peuvent être extrêmement invalidant chez certains patients. D’autres au contraire tolèrent bien mieux les acouphènes et pour ces patients là, c’est une simple perception qui n’entrave pas les activités de la vie quotidienne.

L’important quand on s’occupe de patients qui ont des acouphènes c’est de considérer la gêne que eux déclarent et d’essayer au mieux de les soulager, étant entendu qu’aujourd’hui on ne dispose d’aucun traitement étiologique donc curateur de ce symptôme. On ne sait pas donner une pilule, un médicament pendant une période donnée pour faire disparaître définitivement ce symptôme. Cependant on peut aider bon nombre de patients avec des techniques qui sont variées, que ce soit l’enrichissement sonore c’est-à-dire le fait de masquer l’acouphène par des sons d’ambiance, la compensation du déficit auditif quand il existe c’est-à-dire par exemple, faire porter au patient un appareil auditif de façon à l’aider à mieux entendre. On peut également aider en utilisant des techniques de relaxation, (de sophrologie) ou des techniques dites de restructuration cognitive qui permettent aux patients de gérer bien mieux la situation dans laquelle ils sont confrontés.

De nombreuses études sont actuellement en cours dont certaines à l’hôpital européen Georges-Pompidou, de nombreuses pistes de traitement sont à l’étude elles seront probablement appliquées dans les années qui viennent de façon à aider, à soulager au mieux les patients et si possible dans un proche avenir, à essayer de faire disparaître définitivement cette perception."

Vidéo parue sur la chaîne Youtube de l’hôpital européen Georges-Pompidou